​ ​

Mes lectures d'avril & mai 2021

Après un premier bilan lecture début mars, me voici de retour avec plein de nouvelles recommandations !

Je n’ai clairement pas tenu mon objectif de ne (re)lire que des femmes en 2021, notamment en BD. Ceci dit, j’ai lu beaucoup plus de femmes que d’ordinaire et, franchement, je ne pensais pas que ça serait à ce point reposant et agréable de ne lire (presque) que des autrices.

Je me suis lancée là dedans un peu pour le principe, en me disant que c’était une bonne chose à faire, presque un truc symbolique. Et en fait c’est vraiment différent. Bien entendu, je n’ai pas aimé tout ce que j’ai lu, notamment Betty de Tiffany McDaniel, que j’ai abandonné après m’être forcée à en lire un tiers ; mais c’était une question de style d’écriture qui ne me plait pas, un pur truc subjectif.

J’ai lu deux des bouquins les plus durs de ma vie en fin d’année dernière, Not that bad de Roxane Gay (recueil d’essais sur la culture du viol) et La Deuxième Femme de Louise Mey (roman avec des violences conjugales, manipulation, emprise, tca...), mais à aucun moment c’est leur écriture qui les a rendus durs. Ou plus précisément, ce qui était dur, c’était le sujet et les questionnements / souvenirs / identifications que ça déclenchait chez moi, pas des maladresses ou une volonté de choquer. À chaque fois, j’ai retrouvé une justesse folle.

Pareil pour Chavirer de Lola Lafon, qui raconte l’histoire (fictive) d’une gamine, Cleo, qui danse et se retrouve embarquée à 13 ans dans une fondation qui lui promet une bourse d’étude. La fondation se révèle être une façade pour un ramassis de vieux mecs dégueulasses, et Cleo se retrouve à embarquer d’autres gamines dans cet engrenage. On suit Cleo et les gens qu’elle a connu pendant plus de 30 ans, et à aucun moment on est dans une position voyeuriste. Il y a absolument zéro description de ce que Cleo ou les autres filles ont vécu, et les vieux mecs sont à peine évoqués sur quelques lignes, parce qu’on s’en fout d’eux en fait. Ce qui est important, c’est Cleo, les autres filles et les gens qui ont croisé son chemin et fait partie de sa vie plus tard.

Je suis vraiment estomaquée de voir à quel point je n’ai pas l’habitude d’avoir le point de vue des femmes. De voir leur vie, leurs aspirations, leurs ambitions, leurs peurs, racontées par elles et pour elles.

Clairement, vu comment mon année est partie, je ne lirai pas uniquement des femmes. Mais je compte bien leur laisser la part du lion. Et j’achèterai toujours en priorité les livres écrits par des autrices.

Les coups de cœur

Embruns de Louise Mey
Bon huis clos, lu d’une traite. Je lui préfère nettement La Deuxième Femme, mais Louise Mey est clairement en train de devenir une de mes autrices préférée.
Les Hordes invisibles de Louise Mey
Toujours Louise Mey, toujours une bonne lecture, you know the drill.
De mon plein gré de Mathilde Forget
« Je n'ai mangé la main de personne. Je n'ai tué personne. Mais il va falloir me défendre car je suis coupable. Sans victimes déclarées, les crimes n'existent pas. En le révélant, je suis coupable de faire exister le crime. »
Imbattable de Pascal Jousselin
Premier coup de cœur BD de l’année, lu suite aux recommandations de @librairesecache sur Twitter. J’adore les gags qui jouent sur le format BD, et c’est la première fois que je les vois utilisés sur plus d’une planche sans que ça ne devienne lourdingue. J’ai ricané bêtement pendant 20 minutes, et les deux tomes suivants sont aussi très chouettes !
Malgré tout de Jordi Lafebre
Très beau, très doux, un petit bijou.
 




Les « pourquoi pas »

I love this part de Tille Walden
Jolie histoire, touchante.
A City Inside de Tille Walden
J’ai moins aimé qu’I love this part, mais l’univers de Tillie Walden est définitivement intéressant.
La Vie hantée d'Anya de Vera Brosgol
One shot plutôt sympa.
La petite communiste qui ne souriait jamais de Lola Lafon
Après l'énorme claque de Chavirer, j'attendais beaucoup de La petite communiste qui ne souriait jamais, et j'ai été déçue. Au final, même si j'aime beaucoup le parti pris du livre, je l'ai trouvé un peu longuet.
Féminismes et pop culture de Jennifer Padjemi
C'est une très bonne introduction au sujet, je le recommande à quelqu'un·e qui ne sait pas par où commencer. Malheureusement, dans mon cas c'est un peu tard, et je n'ai pas appris grand chose. Ceci dit, je suis toujours opé pour entendre Jennifer Padjemi parler de Grey's Anatomy !
 




Les grosses déceptions

Anaïs Nin - Sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff
C'est très joli, mais j'ai absolument détesté le ton. TW représentation explicite d'inceste.
Queenie de Candice Carty-Williams
J'ai tenu 12 pages. Je ne sais pas si c'est la traduction ou si le texte original m'aurait également déplu, mais ça n'est pas un livre pour moi.
Entre Neige et loup d’Agnès Domergue & Hélène Canac
Les dessins sont mignons, mais j’ai trouvé les dialogues atrocement mal écrits. Je ne suis absolument pas rentrée dedans, et je ne l’ai pas terminée.
Y the last Man de Brian K. Vaughan
On m'en avait dit beaucoup de bien, le sujet m'intéressait… mais j'ai détesté.
 
 




Je n'en attendais rien et j'ai été déçue quand même

Esmée – Envoyée d'outre tombe de C. Naumann-Villemin & M. Schaller
Pas très joli, personnages sans intérêt, histoire téléphonée.
Elles – La nouvelle de Kid Toussaint
Sérieusement, en 2021, on en est encore à écrire ce genre d'histoire super originale sur des personnalités multiples ?
21 jours avant la fin du monde de Silvia Vecchini
Meh. Aussitôt lue, aussitôt oubliée.
Le Petit Spirou – Bien fait pour toi ! de Tome & Janry
J’avais un assez mauvais souvenir des Petit Spirou lus au collège… et mon opinion n’a pas changé : que c’est lourdingue !
 
 




En vrac

  • J'avais oublié à quel point j'aime Gaston, c'est un vrai plaisir de relire l'intégrale ♥
  • En revanche, j'ai retenté 2 ou 3 tomes des Petits Hommes, que j'aimais bien étant gamine, et… c'est quand même pas bien terrible.
  • Je viens de commencer La chambre des dames de Jeanne Bourrin, et pour l'instant c'est très chouette.