​ ​

Guide de survie sous macOS pour une Windowsienne pure souche

Après 30 ans d’utilisation de Windows (et quelques incursions sous différentes distrib’ Linux), j’ai basculé du côté obscur : macOS. J’étais déjà passée chez Apple pour mon téléphone portable courant 2020, mais je n’avais jamais utilisé le moindre Mac plus de 30 secondes. J’appréhendais donc pas mal la période de transition.

À part quelques frustrations liées au mapping du clavier (mes @ - § ! = + se baladent !), j’ai très vite pris mes marques dans ce nouvel environnement. Mes plus gros points de frictions sont dus à une logique différente entre les OS et aux changements de raccourcis clavier, voici donc la liste des choses qui m’ont surprise et dont j’aurai aimé qu’elles soient clairement expliquées quelque part 😅.

+ Q notre sauveur

Mes premiers jours sous macOS, j’ai été confrontée à un bug très étrange : j’avais configuré mes navigateurs pour qu’ils m’affichent au démarrage tous les onglets laissés ouverts à la précédente utilisation, mais que ce soit Firefox ou Chrome, ils se lançaient toujours avec une fenêtre vierge.

J’ai vérifié plusieurs fois mes réglages et effectué quelques recherches pour voir s’il s’agissait d’un bug récurrent, mais j’étais visiblement la seule à rencontrer ce souci. Je passe ma vie dans mon navigateur, et je laisse souvent des onglets ouverts d’un jour à l’autre pour garder une info sous la main ou comme rappel d’une action à faire plus tard. J’ai donc réellement besoin de cette fonctionnalité.

J’ai fini par comprendre mon problème complètement par hasard. Le paramétrage de mes navigateurs n’était pas en cause, c’était un problème de logique différente entre Windows et macOS.

Sous Windows, si j’ai plusieurs fenêtres de mon navigateur ouvertes et que j’en ferme une, je ferme la fenêtre. Si je ferme la dernière fenêtre, je ferme l’application.

Sous macOS, quel que soit le nombre de fenêtres ouvertes, je ferme la fenêtre, pas l’application. Pour quitter l’application, il faut faire un clic droit > Quitter sur l’icône du dock, ou bien utiliser le raccourci + Q, qui est donc devenu en quelques jours mon nouveau meilleur ami !

+ X, où es-tu ?

Une de mes premières tâches à la réception de mon MacBook a été de récupérer l’ensemble de mes fichiers sur mon ancien ordinateur et de les réorganiser. Des milliers de couper-coller, donc ? Nope. Parce que je n’ai pas trouvé comment couper-coller un fichier sous macOS. Le raccourci clavier + X, qui fonctionne pourtant très bien sur du texte par exemple, n’opère pas sa magie dans le Finder.

Quand tous nos mouvements de fichiers ont lieu au sein d’un même disque dur, le glisser-déposer les déplace bien, mais si l’on veut déplacer d’un disque dur vers un autre, alors il duplique les fichiers.

Mais alors, sommes-nous condamné·es à copier-coller-supprimer tous nos fichiers ? Et bien non, car il est possible de les déplacer  : après avoir copié les fichiers grâce à cmd + C ( + C), il faut faire cmd + option + V ( + + V).

Histoire de garder un minimum de crédibilité, je ne préciserai pas au bout de combien de milliers de fichiers transférés j’ai trouvé cette solution 😬.

À la poubelle

Toujours sur la thématique de la gestion des fichiers, j’ai été très surprise initialement de ne pas pouvoir mettre un fichier à la poubelle en appuyant sur la touche retour (). Le clavier des MacBook ne comprenant pas de touche Del, je ne voyais pas d’autre solution que de passer par le menu contextuel > « Placer dans la corbeille », ce qui n’est clairement pas efficace.

J’ai fini par découvrir par hasard que le combo cmd + retour ( + ) fonctionne.

Renommer ses fichiers

Dernière chose qui m'a surprise quand j'ai déplacé tous mes fichiers : appuyer sur entrée permet de renommer un fichier ou un répertoire, au lieu de l'ouvrir.

Pour ouvrir un fichier ou un répertoire, il faut soit double-cliquer dessus, soit utiliser le raccourci cmd + O ( + O).

J’ai ajouté le raccourci F2 pour renommer dans les options de Finder, mais il est impossible de paramétrer la touche entrée pour qu’elle ouvre les répertoires ou les documents sans passer par une application. C’est, pour l'instant, la seule chose qui me semble réellement stupide et injustifiée. D’ici quelques semaines semaines j’aurai probablement pris le pli, mais sérieusement…

Sur la suggestion d’un ami, j’ai choisi + pour ouvrir un répertoire ou un fichier et + pour remonter d’un répertoire, ça fonctionne plutôt pas mal. Sinon, la vue par colonne permet de naviguer plus facilement entre les dossiers.

Des fenêtres et des bureaux dans tous les sens

Ce qui m’a le plus perturbée durant mes premiers jours sous macOS, c’est sans conteste la gestion des fenêtres, et plus particulièrement du plein écran.

J’ai un double écran depuis des années, et sous Windows j’avais l’habitude d’avoir en permanence plusieurs bureaux virtuels ouverts, pour éviter d’avoir à bouger les fenêtres de mes différentes applications toutes les 30 secondes quand je fais plusieurs choses à la fois. Je suis donc habituée à jongler avec 4 ou 5 applications ayant chacune plusieurs fenêtres réparties sur plusieurs écrans voire plusieurs bureaux.

Et pourtant. En arrivant sous macOS, j’étais PERDUE.

J’apprécie le fait que les bureaux virtuels des différents écrans soient indépendants les uns des autres, ce qui les rend plus flexibles que ceux de Windows. Cela dit, l’impossibilité d’avoir une fenêtre en grand sans qu’elle bascule automatiquement vers un autre bureau (et surtout sans qu’il soit possible de mettre une autre fenêtre par-dessus) m’a rapidement rendue chèvre.

Heureusement, on m’a recommandé plusieurs applications permettant d’améliorer la gestion des fenêtres, notamment le positionnement sur une moitié ou un quart d’écran, très utile maintenant que j’ai un seul énorme écran au lieu de mes deux fidèles 24". J’ai donc testé Tiles et Rectangle (fork de feu-Spectacle). Il existe aussi Magnet, mais il est payant j’ai donc essayé les autres d’abord :).

J’ai jeté mon dévolu sur Rectangle, parce qu’il permet de « quasi maximiser » une fenêtre en la faisant glisser vers le haut de l’écran.

J’ai depuis appris qu’en maintenant la touche option () quand on appuie sur le bouton vert en haut d’une fenêtre (celui qui permet normalement de passer en plein écran), on peut l’agrandir à la taille de l’écran sans la passer en plein écran sur un bureau à part. On peut également tout simplement double-cliquer sur le haut de la fenêtre (merci Yvain Liechti !)

Autre raccourci clavier qui m’aide à m’y retrouver : ctrl + bas ( + ) permet d’afficher à l’écran toutes les fenêtres de l'application active. Pratique si vous avez perdu votre brouillon de mail derrière la fenêtre principale d'Outlook 👀…
(globalement, les raccourcis de Mission Control sont très pratiques : ctrl + haut ( + ) permet d’avoir un aperçu de toutes les fenêtres ouvertes, bureau par bureau ; et ctrl + gauche/droite ( + /) permet de passer d’un bureau virtuel à l'autre.)

Se déplacer dans un texte

Si je ne suis pas en train de somnoler devant une série ou de perdre des neurones sur Twitter, il y a de grandes chances que je sois en train de saisir un texte. Qu’il s'agisse de code, d'un article de blog ou d'autre chose, j'ai besoin de certaines fonctionnalités.

J’ai notamment besoin de pouvoir me déplacer facilement dans le texte :

  • bouger mot par mot ;
  • aller en début ou en fin de ligne ;
  • aller en début ou en fin de texte.

De même, j’ai besoin de pouvoir sélectionner facilement :

  • un mot ;
  • l’ensemble d'une ligne ;
  • tout le début d’une ligne jusqu’à mon curseur ;
  • toute la fin d’une ligne à partir de mon curseur ;
  • tout le début d’un texte jusqu’à mon curseur ;
  • toute la fin d’un texte à partir de mon curseur.

J’ai également besoin de pouvoir supprimer du texte avant mais aussi après mon curseur.

Pour faire tout ça sous Windows, j’utilisais les touches ctrl, début, fin, del, page up et page down.
Et rien de tout cela ne fonction de la même manière sous macOS. Ou en tout cas, dans la plupart des logiciels. Dans certains softs (Microsoft pour ne pas les citer), le raccourci shift + fin sélectionne bien toute la fin de la ligne à partir du curseur, mais dans d’autres il sélectionne toute la fin du texte. Je veux bien changer mes habitudes, pas gérer deux modes de fonctionnement différents d’un logiciel à l’autre.

Bref, pour la plupart des logiciels, voici les raccourcis qui fonctionnent (merci Enwin !) :

  • option + gauche/droite ( + / ) pour sauter les mots ;
  • cmd + gauche/droite ( + / ) pour aller en début/fin de ligne ;
  • cmd + haut/bas ( + / ) pour aller en début/fin de texte.

Le tout étant cumulable avec shift () pour faire des sélections.

Enfin, + + V permet de coller sans le format.


J’ai fait pas mal de recherches avant de me lancer, et j’ai notamment regardé pas mal de vidéos YouTube de « tips », « secrets » et autres « trucs à savoir absolument » pour débuter sous macOS en venant de Windows. À part les 5 ou 6 mêmes conseils éculés (pour la plupart présents dans le guide de démarrage Apple) et les inévitables apps sponsorisées, je n’y ai pas trouvé grand-chose de bien utile…

J’espère que ce modeste article pourra éviter à d’autres de galérer sur les mêmes trucs triviaux que moi 😊


Dernière chose : un énorme merci aux copaines qui m’ont donné des conseils, ont répondu à mes questions stupides et m’ont recommandé leurs applications préférées. Hellgy, MC, kReEsTaL, Marie-Laure, renchap, Yoan, Enwin, Heybrgr, c’est en grande partie de votre faute si je suis passée du côté obscur…