​ ​

6 mois de tricot, le bilan

Il y a 10 ans, j'ai tenté de me mettre au tricot. J'ai demandé quelques conseils à ma mère, et je me suis lancée sans grande conviction. J'avais à ma disposition son vieux stock de laine, principalement des restes de layette, et ses aiguilles. Le problème, c'est que je n'étais pas très emballée à l'idée d'avoir un bonnet rose poudré ou bleu ciel et, de toute façon, je n'avais pas assez de laine d'une seule couleur pour faire le moindre ouvrage complet. Et surtout, la laine comme les aiguilles étaient très fines, ce qui n'est pas vraiment idéal pour débuter.

Bref, j'ai détesté tricoter, et j'ai abandonné après 2 ou 3 débuts d'écharpes moches.

Et puis, à force de voir les super créations des copines, les bonnets originaux, les châles multicolores et autres snoods à paillettes, j'ai eu envie de m'y remettre. Mais cette fois, j'ai pris le temps de me renseigner un peu, et ça a changé la donne. Voici quelques conseils pour ne pas reproduire mes erreurs !

1. J'ai acheté des aiguilles et de la laine de taille moyenne

Vous l'avez peut-être remarqué, la laine et les aiguilles sont numérotées en fonction de leur taille. On tricote en général avec des numéros correspondants, mais on peut choisir de tricoter par exemple de la laine n°4 avec des aiguilles n°7 pour obtenir un résultat un peu « aéré » (c'est ce que je fais pour mes châles, cf. photos plus bas). En revanche, je ne sais pas s'il est possible de tricoter de la laine plus grosse avec des aiguilles plus fines, je n'ai jamais essayé \o/

Je vous conseille de commencer par tricoter en n°5 ou n°6, pour mieux voir ce que vous faites. En plus, vos ouvrages avanceront plus vite : il n'y a rien de plus décourageant quand on débute que de passer des heures à tricoter et de n'avoir que 10 cm d'écharpe en retour !

Il est aussi possible de commencer par de la laine beaucoup plus grosse, mais dans ce cas, les aiguilles sont très grosses, lourdes et plus compliquées à manipuler, donc attention aux courbatures. Parce que, oui, il est possible d'avoir des grosses courbatures en tricotant. Et je peux vous assurer qu'on se sent ridicule la première fois !

Évitez aussi les laines fantaisie pour vos premiers ouvrages : les fils métallisés s'accrochent partout, et avec une laine « floue » vous risquez de rater une maille. De plus, ils sont généralement beaucoup plus chers que les fils classiques, donc pas vraiment l'idéal pour des projets qui risquent de ne pas être parfaits.

J'utilise quasi exclusivement la laine Charly de chez Phildar : c'est une n°4, elle n'est pas chère (1,70 € la pelote), elle est disponible dans environ 20 000 couleurs et elle est 100 % acrylique, donc végane !

Au niveau des aiguilles, il en existe des droites et des circulaires :

Les droites sont très bien pour les ouvrages pas très larges, du type écharpe, mais quand vous partez sur un châle ou une couverture, ça peut devenir assez galère rapidement, à cause du nombre de mailles :

Les aiguilles circulaires ont deux grandes utilités :

  • Tricoter en rond : pratique pour les bonnets, les manches, ou tout autre ouvrage circulaire. Ça demande un peu d'entraînement pour la mise en place (il faut monter les mailles d'une façon particulière), mais après il n'y a pas de rangs, juste une succession de mailles sans fin. Tricoter en rond permet de ne pas avoir à faire de couture pour fermer l'ouvrage.
  • Tricoter des ouvrages larges : les deux aiguilles étant reliées par un fil, vous pouvez avoir un grand nombre de mailles sans difficultés (je suis montée à 175 pour le moment, sans aucun soucis), surtout qu'il existe plusieurs longueurs de câbles. C'est particulièrement utile si vous souhaitez tricoter dans les transports : les aiguilles sont courtes même sur les ouvrages assez larges, ce qui évite de donner des coups de coude à ses voisins de bus (j'ai testé les aiguilles droites de 40 cm dans le train, mon voisin ne recommande pas !), et il y a moins de risque de perdre la moitié de vos mailles si vous êtes bousculé·e dans le métro.
Le mieux, pour les aiguilles circulaires, c'est d'en prendre avec le câble interchangeable. Ça vous permet de choisir pour chaque ouvrage la taille d'aiguilles et la longueur de câble la plus adaptée, sans avoir besoin d'en acheter 50 différent·es, ou bien de mettre un ouvrage en pause sur son câble, puis d'utiliser les aiguilles sur un autre pour un nouvel ouvrage. De plus, si vous abîmez l'aiguille ou le câble, vous n'êtes pas obligé·es de changer le tout.

J'ai acheté toutes mes aiguilles en bois, car je n'aime pas le contact froid du métal et que j'essaye de limiter la quantité de plastique chez moi. À noter quand même : la laine a tendance à mieux glisser sur les aiguilles en métal, ça doit être pratique quand on tricote de la laine très fine.

Pour l'instant, j'ai :

  • des aiguilles droites n°4 de 40cm
  • des aiguilles droites n°7 de 30cm
  • des aiguilles circulaires n°5, n°7 et n°10
  • deux câbles de 120cm et un câble de 80cm
C'est très largement suffisant pour tous les ouvrages que je vais lister ici, je n'ai pas encore utilisé toutes mes aiguilles.

2. J'ai commencé par des points de base

J'ai dû me faire violence pour cet aspect là : j'avais très envie de faire des torsades, des détails ajourés et des écharpes en forme de feuilles. Mais il est important de maîtriser 2 ou 3 points de base avant, ne serait-ce que pour savoir tricoter de façon régulière.

Le point mousse est parfait pour débuter : il consiste à tout tricoter à l'endroit, donc pas besoin de compter les mailles. Normalement, au bout de quelques rangs, vous serez capable de tricoter en point mousse tout en regardant une série ! Une fois que vous maîtrisez le geste de base, vous pouvez tenter de faire des mailles à l'envers, puis du jersey (un rang de mailles à l'endroit, un rang de mailles à l'envers).

Vous pouvez aussi tenter des points un peu plus variés mais qui restent simples comme le point d'étamine, qui donne un joli effet en relief et ne demande qu'à faire des mailles endroit et envers. Il y a beaucoup de variations possibles avec seulement des mailles endroit et envers, sans partir dans les torsades et les jetés. Par exemple, j'ai offert une écharpe à mon père pour son anniversaire, et je voulais quelque chose de plus sympa que du point mousse, mais j'étais un peu pressée par le temps, donc j'ai trouvé un point qui reste facile à faire :

  • 1 rang endroit
  • 1 rang 2 mailles endroit, 2 mailles envers
  • tous les 20 rangs, faire 3 rangs endroit

Laine : Phildar Charly (n°4) camel, tricotée en n°4. Ça m'a demandé 3 pelotes, soit 5 € environ.

3. J'ai compensé avec des projets sympa

Mon tout premier projet était une écharpe au point d'étamine, et j'ai pas mal galéré, parce que ça demandait de compter les mailles et les rangs. En plus, comme je n'avais pas encore saisi comment reconnaître si une maille a été tricotée à l'endroit ou à l'envers, je devais recompter depuis le début de mon rang à chaque fois que je perdais le fil ! Au final, le point est joli mais pas très visible, et la couleur aubergine unie est un peu tristoune. J'étais assez déçue du résultat, et je ne porte jamais l'écharpe parce qu'elle est bien trop chaude ! Je pense la détricoter pour faire autre chose avec la laine au final car, et c'est un des grands avantages du tricot, il est possible dans la majorité des cas, de récupérer la laine d'un ouvrage pour la retricoter.
Laine : Phildar Rapido (n°7) aubergine, tricotée en n°7. Ça m'a demandé 7 pelotes, soit 23€ environ. Et, oui, je tricote devant Urgences. En 2019. Yup.

Du coup, pour mes trois projets suivants je suis restée sur du point mousse, mais j'ai varié la forme et les couleurs pour avoir des résultats plus sympa.

J'ai testé le projet fétiche de tou·tes les débutant·es, le trendy châle. Le principe est simple : monter 3 mailles, tricoter en point mousse, et faire une augmentation à chaque rang.

C'est le projet parfait pour débuter parce que ça monte super vite, c'est du point mousse donc pas besoin de compter quoique ce soit (les augmentations se font juste avant la dernière maille donc on y pense forcément en arrivant en fin de rang), et c'est toujours pratique d'avoir des châles sous la main quand on est frilleuxe !

Pour vous donner une idée, pour mon premier châle, je suis montée jusqu'à 150 mailles, et ça m'a pris environ 31 heures de travail en tout. En étant grande débutante, je tricote plus vite maintenant, mais ça vous donne une bonne idée du temps nécessaire pour quelqu'un dont c'est le premier ouvrage ou presque.

En plus, c'est un projet qui ne revient pas cher : j'ai tricoté les deux miens avec de la laine Charly (n°4), tricotée en n°7, et ça m'a demandé 4 pelotes, soit 7€ environ.

Un autre projet simple et funky que j'ai fait, c'est l'écharpe Gryffondor que j'ai offert à mon petit frère pour Noël !

Elle est tout en point mousse, à l'exception de 5 ou 6 rangs aux deux extrémités qui sont en côtes 2/2 (2 mailles à l'endroit / 2 mailles à l'envers). Pour le changement de couleur, le secret c'est de toujours le faire du même côté, comme ça il y a un des côtés de l'écharpe qui est nickel, et l'autre qui a une sorte de pointillé à chaque changement.

Bon, ok, le vrai secret, c'est probablement de savoir faire un changement de couleur sans avoir cette sorte de pointillé, mais n'oublions pas que c'est un article de conseils pour débutant·es écrit PAR une débutante !

4. Je cumule les petites pièces

Mes trois derniers projets en date sont des bonnets.

J'ai complètement foiré le premier, parce que j'ai voulu me lancer sans tuto et sans patron, et que j'ai complètement sous-estimé l'élasticité des côtes 2/2 (ou sur-estimé la taille de ma tête, au choix !). Je me suis retrouvée avec un bonnet assez grand pour mettre deux tête dedans, et comme j'ai fait des diminutions complètement au hasard, sans savoir combien en faire ou quand les faire, c'était irrégulier et vraiment pas joli. Le seul point positif, c'est qu'un bonnet c'est petit, donc ça ne m'a pas pris trop longtemps !

J'ai tenté un second bonnet en faisant 2 modifications : j'ai largement diminué le nombre de mailles, et au lieu de faire des diminutions, j'ai fait un rectangle puis j'ai froncé le haut du bonnet. Le résultat n'est pas parfait, mais c'est portable !

Et du coup, comme les bonnets sont rapides à tricoter, j'ai tenté mes premières torsades sur le troisième ! C'est beaucoup plus simple que ce que j'avais imaginé, mais j'ai bien fait d'attendre d'être vraiment à l'aise sur les points de base.

5. Je n'hésite pas à défaire, refaire ou abandonner un ouvrage

Pour ce troisième bonnet, j'ai réutilisé la laine du premier, qui n'était pas portable. Et je n'ai aucun regret ! Je ne l'aurai jamais utilisé en l'état et n'avait aucun intérêt à conserver un ouvrage raté, autant ne pas perdre la laine !

De la même manière, j'ai commencé plusieurs châles que j'ai arrêté au bout de quelques rangs, j'ai changé plusieurs fois d'avis sur le type de points que je voulais utiliser pour l'écharpe que j'ai offert à mon père... Ça ne sert à rien de se forcer à passer des dizaines d'heures sur une pièce qui ne nous plait pas, c'est un gâchis de temps et de laine !

Je viens de me lancer dans un projet de pull, mais j'ai fait absolument toutes les erreurs que j'ai listé ici : j'utilise une laine fantaisie (Phil falaise) et un point fantaisie (d'après un patron gratuit Phildar) sur ma plus grosse pièce pour le moment. Je ne vais pas vous mentir : j'en chie.

Bref, faites ce que dis et pas ce que je fais... :D

Je pense refaire ce genre d'article bilan, c'est sympa de garder une trace, et puis ça me forcera à penser à prendre en photo mes ouvrages une fois terminés, ce que je ne fais pas du tout pour le moment...

S'il y a des intéressé·es, je pourrais faire une page ressource, avec ce que j'ai collecté pour l'instant comme tuto compréhensible, les patrons gratuits qui m'ont tapé dans l'œil, et ce genre de choses ?