Dans mon historique #11

Toutes les semaines, quand je réunis les liens pour cette rubrique, j’essaye de mettre des contenus positifs dans le lot, mais vu l’actualité c’est un poil compliqué… Donc cette semaine mon historique n’est pas vraiment hilarant, mais promis tout est intéressant 😉

La culture du viol est une culture de la surveillance

Quelle coïncidence que les violeurs tombent si souvent sur des femmes ivres. On sait pourtant que ce n’est pas parce que vous êtes saoule que vous méritez de vous faire violer. On sait aussi que tout un tas d’hommes peuvent boire sans violer quiconque. Quand on réfléchit au viol, on a tendance à penser à un plan bien calculé. Des types qui roulent dans des camionnettes banalisées, avec du gros scotch et des ciseaux aiguisés sur le siège arrière. Des types qui suivent des femmes, notent leurs déplacements et les attrapent quand elles sont le plus vulnérable. Quand on pense au viol, on imagine des hommes qui calculent méticuleusement comment faire du mal à des femmes. On pense à la violence sexuelle dans ce qu’elle a de plus atroce, à comment des hommes ont recours à la force pour immobiliser des femmes. Mais, pour une raison quelconque, on ne pense pas au type qui vous surveille de l’autre côté du bar, en public, pendant peut-être une heure ou deux, pour voir si vous vous saoulez toute seule ou s’il doit intervenir pour vous payer un verre. Ce genre de viols –les viols où les femmes sont trop saoules pour consentir, sont inconscientes et où personne ne s’embarrasse de toute façon jamais de leur de demander leur avis–, on les considère comme des accidents. Tout le monde était au mauvais endroit au mauvais moment. Des erreurs de jeunesse. La culture de la fête. C’est la faute du vin. Et on oublie le calcul: que cet homme qui vous a violée est venue vous voir justement parce que vous ne teniez plus debout, parce qu’il pensait que ça serait du tout cuit.

À lire en entier ici.

 

En parlant de surveillance…

Au menu de ces infractions : récolte d’informations personnelles de femmes afin de « mieux » les draguer, transmission d’informations sensibles à des prisonniers, vente de données afin de s’enrichir personnellement, passage d’infos à la mafia…

La police a accédé aux données numériques des citoyens anglais pour le fun et l’argent

 

Vous ne le savez peut-être pas, mais vous votez tous les jours

Tout choix d’achat est un vote. Et l’ensemble de la population française semble voter pour la mondialisation, celle des produits venant des pays sans protection sociale, sans droit du travail pour protéger les employés, sans protection des enfants. Acheter des produits issus d’usines polluantes, exploitant la misère sur place et enrichissant les actionnaires occidentaux est un vote, un choix de notre part.

Mener une vie de citoyen ne se résume donc pas à insérer un bout de papier dans une urne avec un nom interchangeable d’un parti à l’autre.

Voter, c’est agir au quotidien via nos actions et choix personnels : via nos achats, nos loisirs et nos vacances, ainsi que dans notre temps passé au sein d’associations.

Ça, aucun politique ou entreprise ne peut nous l’enlever.

À lire en intégralité ici

 

Et si on arrêtait de tailler sur les homos refoulé(e)s

Dans tous les cas, les blagues vaseuses sur les « homosexuel.les refoulé.es », c’est juste une idée de merde.
Attribuer la cause de l’homophobie du monde à ces mêmes « homosexuel.les refoulé.es », c’est encore plus une idée de merde.
Et vous figurez vous que non seulement elle est merdique, votre idée… Mais en prime elle est carrément homophobe, votre idée de merde

Le reste par là

 

Messieurs les cisgenres, le féminisme n’a pas besoin de vous, et c’est tant mieux

Ce n’est pas vous qui importez dans cette lutte, dans ce combat.
Il serait temps de le comprendre, d’arrêter de chouiner.
Et de nous soutenir comme nous l’entendons, comme nous le désirons.
Plutôt que de modeler le féminisme à votre image.
Notre mouvement ne vous appartient pas. 

À lire en intégralité ici

 

Et en bonus, je fais un peu de teasing… Voici une suite de tweets que j’ai posté mercredi soir :

Ces derniers mois, j’ai vu passer pas mal de critiques de Madmoizelle, souvent quand ils ont écrit / relayé des contenus problématiques

Par exemple quand ils ont conseillé un film un peu moisi dedans (cf. How to be single, Zoolander 2)

ou produit une vidéo problématique (cf. harcèlement de rue, Beach body ready)

Quand j’ai découvert MadZ y’a 4/5 ans, ça a été une révélation (oh ! le féminisme !) et j’aimais 99% de leur contenu.

Plus ça va, plus ce pourcentage baisse. C’est en parti parce que j’ai maintenant 28 ans et que je suis un peu hors de leur cible,

mais je pense que c’est surtout parce que j’ai beaucoup évolué en matière de féminisme (et toutes les luttes connexes, merci Twitter <3)

alors que MadZ reste sur un féminisme léger, « grand public ».

en parle bien ici : https://twitter.com/aleeshay/status/750621532611895296

Bref, maintenant que j’ai évolué, j’aimerai avoir un magazine adapté à me mettre sous la dent…

Je connais des sites / blogs qui parlent de féminisme, de grossophobie, de racisme, d’afroféminisme etc

Mais en fait, j’aimerai avoir un magazine féminin, qui parle de plein de choses (mode, cuisine, cinéma, société, politique, DIY, sexo…)

mais qui le fasse de façon vraiment féministe. Une sorte d’évolution Pokémon de Madmoizelle \o/

Si jamais ce site existe et que je suis passée à côté, ça serait choupi de me l’indiquer <3

Sinon, quand est-ce qu’on se lance ?

… Il se peut que j’ai quelque chose à vous annoncer d’ici quelques semaines <3

Bonne lecture 😉

Interview de 2 sage-femmes + soignant(e)s safes

Je viens de regarder cette interview, c’est super instructif. Je savais que les sage-femmes faisaient plus que « juste » les accouchements, mais c’est intéressant de savoir plus précisément 😉

Pour celles qui chercheraient à trouver un nouveau praticien, voici la liste dont Sonia parle durant l’interview : Gyn & Co

Dans mon historique #10

Grosse semaine, je n’ai pas eu le temps de lire grand chose, mais j’ai quand même quelques liens à vous proposer :

Tristan Nitot – Cloud, vie privée et surveillance de masse

Tristan Nitot

Transcription complète ici

Victoire !

chalutage eaux profondes

Le chalutage en eau profonde est enfin interdit par l’UE !

Si vous vous demandez pourquoi c’est important, Pénélope Bagieu l’a très bien expliqué en BD 🙂

Wreck-it, Ralph !

Les mondes de Ralph 2

Une suite est annoncée pour 2018 ! Ayant adoré le premier film, je suis assez impatiente 🙂

Bonne lecture 😉

Zootopia – 8/10

Je suis allée voir Zootopia à reculons. Les films d’animations remplis d’animaux qui parlent sont loin d’être ma tasse de thé et la scène des paresseux mise en avant dans la bande annonce ne m’a pas fait esquisser l’ombre d’un sourire.

J’ai fini par me laisser convaincre, sans rien attendre de ce que je prenais pour une resucée de Madagascar ou Nos voisins les hommes. Et je dois admettre que j’avais complètement tort.

Concept art pour Little Rodentia
Concept art pour Little Rodentia

Zootopia est bien plus qu’un sketch d’1h40 rempli d’animaux choupi-trognon qui parlent et font des bêtises. L’histoire de Judy Hopps & Nick Wilde, leur duo typique des buddy movies et leur enquête sert de prétexte. Le vrai propos du film est un hymne à la tolérance et des sujets comme le sexisme, le racisme et les discriminations en tout genre sont abordés de façon intelligente comme par exemple dans cette scène où Nick se permet de toucher les cheveux poils de l’adjointe au maire sans sa permission.

J’ai passé un vrai bon moment devant ce film et je suis pour une fois complètement ravie du message qui est passé. Pour ne rien gâcher, j’ai trouvé les décors superbes & l’animation très bien.

Je finis cette mini critique avec une scène qui n’a finalement pas été ajoutée du film et que je trouve très triste et touchante. (merci Rockyrama pour l’info 🙂 )

Dans mon historique #9

The one thing that bothered me about « Finding Dory »

Gerald Finding Dory

Article court mais intéressant. Attention, légers spoilers.

Le retour de la consigne

consigne

J’essaye, depuis presque un an, de réduire au maximum mes déchets. Sans aller jusqu’à réduire mes déchets annuels à un bocal (c’est le cas de Bea Johnson, pour une famille de 4 personnes !), je privilégie les emballages en verre à ceux en plastique… Mais ça serait beaucoup plus utile avec une consigne qu’avec le recyclage 😉

Et tant qu’on est dans l’écologie, Le Chili produit tant d’énergie solaire qu’il la distribue gratuitement

Attrapez-les tous !

Vous vous êtes déjà demandé d’où viennent les noms des Pokémons ? Cet article vous les explique tous 😉

« moi j’m’en fous, j’aime pas le Nutella ! »

Quand on commence à parler d’huile de palme et surtout de l’éviter, pas mal de gens sont d’accord avec le principe mais ne se sentent pas concernés. Bah oui, à part le Nutella qui commence à être (salement) connu pour son utilisation de l’huile de palme, il est dur de se rendre compte du nombre de choses que nous mangeons tous les jours qui en contiennent.

Sans mon végétalisme qui me pousse à lire en détail les étiquettes de tous les nouveaux produits qui me tombent sous la main, je ne me serai pas rendu compte de l’ampleur des dégâts. Je n’ai par exemple pas réussi pour le moment à trouver de margarine sans huile de palme. Je connais plusieurs marques disponibles aux US, mais pas en France. Et je ne parle pas des gâteaux, des tartinades et autres produits vegan / bio hors de prix mais contenant la fameuse huile…

Pour information, voici une liste non exhaustive.

Je ne veux pas donner de leçons (surtout que je n’ai pas complètement écarté l’huile de palme de mon alimentation, pour le moment en tout cas), juste attirer l’attention sur le nombre de produits en contenant sans qu’on s’en doute 🙂

Et pour compléter, une interview intéressante : «Partout, au restaurant ou dans votre magasin, demandez des produits sans huile de palme».

La responsabilité des designers

Il y a quelques jours, @mariejulien a poussé une gueulante sur Twitter (oui, la dernière gueulante dont je parlais c’était déjà lui 🙂 ) :

À lire en entier ici

Ça m’a permis de découvrir la conf’ « How designers destroyed the World » de Mike Monteiro, qui est super intéressante :

Bonne lecture 😉

Dans mon historique #8

Et hop ! Une petite liste de lecture rapide avant de partir à Paris pour Le Poop… J’aurai normalement plein de choses à raconter en rentrant 😉

Multitasking is killing your brain

Dans la continuité de la conférence Time well spent dont je parlais dans Dans mon historique #6, voici un article sur les conséquences de notre tendance à tenter d’être multitâche. Spoiler alert : ça n’est pas une si bonne idée que ça…

 

« Il va falloir apprendre à s’appauvrir »

Une voiture abandonnée - Bertknot/Flickr/CC
Une voiture abandonnée – Bertknot/Flickr/CC

Entretien très intéressant avec Philippe Bihouix, qui me donne envie de lire « L’Âge des low-tech », son nouveau livre. L’écologie est un sujet qui m’intéresse depuis un bon moment maintenant, et plus je me renseigne sur le sujet plus la décroissance me semble une piste intéressante.

 

Comment savoir que quelqu’un se noie ?

Bah c’est facile, il appelle à l’aide et agite les bras en l’air, non ? Pas du tout. J’espère ne jamais avoir besoin de ces informations, mais c’est toujours intéressant de le savoir 🙂

 

Lettering & Crayola

IMG_0673 (1)

Entre le tuto et les pages d’exercices, plus aucune excuse pour ne pas s’y mettre !

 

Internet Creators Guild

Une initiative intéressante de Hank Green, un vidéaste américain :

There is no system for protecting creators, many of whom have no experience in any industry, let alone the notoriously cut-throat entertainment industry. I’m ten years into this and I kinda can’t believe that there’s still no centralized organization representing creators.

 

Confessions d’un serial killer

Le switch des littéraires

La dévalorisation des profils littéraires et le sentiment de n’avoir “aucun débouché” dépriment de nombreux Français. L’Ecole normale supérieure, qui recrute les meilleurs d’entre eux, produit de nombreux dépressifs. Ce problème est (presque) exclusivement français : hors de France, les entreprises, petites et grandes, les administrations du monde entier, recrutent des littéraires à toutes sortes de postes. Mieux encore : être littéraire n’est pas une tare ! Les entrepreneurs de la Silicon Valley sont nombreux à avoir fait des études de philosophie ou d’histoire. Par exemple, Peter Thiel et Alex Karp ont fait de la philosophie ; Susan Wojcicki, la CEO de YouTube a étudié littérature et histoire ; Tim O’Reilly, le grand maître à penser de la Silicon Valley, a fait des études de lettres classiques. Il y a en fait bien moins de scientifiques dans la Silicon Valley que l’on se plaît à le croire en France.

Lire ici

Bonne lecture 😉