Certaines personnes sont capables d’être sur le pont en permanence, d’endurer des flots d’insultes et d’attaques personnelles incessants, de passer leur vie entière à se battre sans jamais fléchir, sans jamais se (re)poser.

Certaines personnes sont capables d’être activement militantes en toute circonstance, de ne jamais laisser passer le moindre écart, de ne jamais prendre une soirée pour elles, pour faire une pause.

Ce n’est pas mon cas.

Je suis une petite chose fragile, qui manque parfois de recul et qui a du mal à encaisser les attaques personnelles. Je me suis pas mal endurcie au fil du temps, des années de harcèlement moral permanent m’y ont aidée (je m’en serai tout de même volontiers passée), mais j’ai toujours besoin de prendre mes distances par moment.

Parfois, voir le harcèlement dont sont victimes certaines copines (Buffy, Alee, des bisous) suffit à me mettre un coup au moral. Je n’ai clairement pas leur capacité à encaisser les coups sans broncher.

Et je ne vois pas le problème.

« Fragile » est apparemment une des insultes du moment, comme « Bisounours » a été le qualificatif à la mode l’an dernier. Être sensible est censé être une mauvaise chose. Je ne suis pas d’accord.

Chaque personne a un fonctionnement différent. J’ai besoin de me réserver des temps de pause, de care, ça ne veut pas dire que je ne fais rien ou que je ne peux rien faire. Je ne suis pas la meilleure militante du monde ? Et alors ! Je n’en ai jamais eu la prétention ! Le « apprentie féministe » de ma bio Twitter n’est pas là pour faire joli ou par fausse modestie.

Tant qu’on parle de Twitter, j’y ai bloqué énormément de monde. Des gens très à droite, des masculinistes, des apologistes du viol, évidemment. Mais aussi des personnes potentiellement plus proches de mes idées mais beaucoup trop agressives à mon goût. Je ne vais pas reprocher à quelqu’un de lutter de telle ou telle manière, en revanche je me réserve le droit de faire de ma timeline Twitter un lieu pas trop anxiogène.

Je fais partie des personnes à qui un gif rigolo ou une photo d’animal mignon (envoyez-moi des photos de rats !) peut remonter le moral. Ça paraît ridicule à certaines personnes, mais concrètement, on s’en fout ! Les gens qui n’en ont pas besoin passent à autre chose, et les autres passent 5 minutes sur mon thread de chats féministes pour se changer les idées et tout le monde est content.

Alors oui, je pense que le pipou peut être utile dans le militantisme (et en général, on peut avoir une journée de merde sans subir de raid du forum-que-je-ne-nommerai-pas) et je pense que la bienveillance est une qualité très largement sous-estimée.

Je vais continuer à vous envoyer des gifs de chatons, et je ne suis même pas désolée !